#06 - En ce moment dans l'atelier

Publié le 4 novembre 2023
Catégorie : Actualités

Ça ne vous aura pas échappé, nous sommes en pleine campagne de financement participatif. C'est reparti pour un tour ! La première fois c'était en 2019, pour amener du confort de travail dans un atelier rudimentaire : mettre du chauffage et acheter une forge. Cette fois c'est pour financer l'installation des merveilleuses anciennes machines qu'on a rentrées il y a deux ans déjà. L'histoire qui vous est racontée en détail parle de conservation et de sauvegarde du patrimoine, mais aussi de santé avec l'installation de l'aspiration des copeaux.

Cliquez ici pour découvrir le projet en détails :

Résumé rapide des épisodes précédents

En 2020 on a complètement arrêté les animations tonnellerie sur les fêtes médiévales pour se consacrer entièrement à la fabrication. Ce tournant était prévu sur plusieurs années mais les circonstances ont voulu que ça se fasse un peu plus brutalement. Pas grave, on s'adapte, on réagit, on oublie qu'on a aucune chance et on fonce. En 2021 on achète donc de quoi travailler plus efficacement et on fait des travaux pour agrandir l'atelier. Tout ça on vous l'a raconté dans deux articles du blog. Celui-ci et celui-là. Si vous ne les avez pas lus allez-y, ça vaut le coup ;)

Aujourd'hui on en est donc là : l'atelier est passé de 100m² à 150m² et une dalle a été coulée sur les 50m² ajoutés, histoire de pouvoir mettre en place provisoirement les machines. Ce qu'il reste à faire à présent c'est d'une part la dalle sur les 100m² restants, puis l'implantation de l'atelier pour répartir les machines et faire des postes de travail au top. Enfin, quelques travaux d'électricité pour faire tourner tout ce petit monde.

Une fois cette étape franchie il nous restera encore à installer l'aspiration pour assainir l'air et respirer moins de poussières de bois, et enfin aménager un espace dehors pour le stockage et la maturation de nos bois. 

En image ça donne ça :

Pourquoi un financement participatif ?

Bonne question. C'est vrai quoi, notre entreprise n'est pas née d'hier (on fête nos 20 ans cette année) et je peux vous garantir que le carnet de commandes est plein à craquer. On ne cherche pas comment ni à qui vendre nos produits, on finance les travaux d'aménagement de l'atelier pour répondre efficacement à une demande qui grandit sans cesse. Comme celle-ci pour le château de Versailles.

Croyez-vous que les banques nous financeraient ? Non non. À chaque fois qu'on discute avec un banquier les réponses sont les mêmes. Ils sont toujours très emballés par ce qu'on fait, l'évolution de l'atelier, la bonne progression de l'entreprise, tout ça c'est super. Le problème c'est que derrière il n'y a plus aucun humain pour prendre une décision. L'analyse de risque c'est l'algorithme qui s'en charge et là ça devient tout de suite moins drôle pour nous. C'est non, systématiquement, parce qu'on a déjà des emprunts en cours, parce qu'on est trop petits, parce que travaillant ensemble dans notre entreprise on met tous nos œufs dans le même panier, parce qu'on ne peut amener aucune garantie à part un carnet de commandes blindé et une détermination que t'as même pas idée... Mais ça la détermination ça parle à un humain, pas à un logiciel d'analyse de risque. 

Alors on fait comme d'habitude, on trouve d'autres moyens et on avance.

La deuxième raison qui nous amène à ce financement participatif c'est justement le côté humain. Faire une collecte c'est une aventure incroyable. C'est à la fois très prenant et très fatiguant car pour que ça fonctionne il faut communiquer sans cesse tout en essayant de ne pas emmerder le monde (l'exercice est intéressant...). Et puis il y a le stress du temps qui passe et de la cagnotte qui monte parfois vite, parfois lentement, parfois pas du tout pendant plusieurs jours. Mais c'est surtout énormément de retours positifs, d'encouragements venus de partout, parfois même d'où on ne les attendait pas, et de témoignages de soutien souvent très touchants. On ressort de ça gonflés à bloc, prêts à bouffer une à une toutes les nouvelles journées qui se présentent, et une petite envie d'aller danser en slip devant la Caisse d'Épargne du coin avec le logo KissKiss sur la fesse droite.

Comment ça se passe ?

La collecte n'est validée que lorsqu'elle valide le premier palier. Jeudi 9 novembre à minuit, si le Kisskiss n'a pas atteint les 100%, tous les contributeurs sont remboursés et nous n'avons pas de financement pour installer les machines et développer notre entreprise. Si jeudi les 100% sont atteints, nous contactons le maçon et l'électricien pour réserver un créneau dans leur emploi du temps, certainement l'été prochain, et en attendant nous déménageons une fois de plus l'atelier pour leur laisser la place pour travailler.

Le deuxième palier de la collecte nous permettra d'installer l'aspiration que nous avons achetée avec les machines. Un énorme aspirateur géant qui assainira l'atelier en retirant tous les copeaux et poussières de bois. Si nous atteignons ce palier nous tirons au sort un des contributeurs et lui offrons un vinaigrier cerclé de bois.

Le troisième palier c'est l'extase absolue : nous reprenons rdv avec le maçon pour une deuxième dalle, à l'extérieur de l'atelier, pour évoluer encore un peu et avoir sur place notre propre parc de séchage de bois, d'autres essences aussi comme le châtaignier et répondre à tous vos besoins. Le rêve.

Donnons la parole à Tonton Jean-Mi pour le résumé de cette folle aventure :

Un départ sur les chapeaux de roues !
9 octobre : "Nous avons pu voir un départ sur les chapeaux de roues avec la collecte de 22% du premier palier en seulement 4 jours !"
Un bras de fer contre le temps !
31 octobre : "Les 50% sont dépassés, un véritable bras de fer contre le temps !"
"Tais-toi et rame !"
4 novembre : "À une semaine de la fin du temps imparti, c'est le moment le plus sportif alors on ne prend plus le temps de réfléchir et on fonce !"

Deux passages dans les journaux locaux

Cliquez sur les photo pour accéder aux articles :

Journal de Saône et Loire
dispo seulement pour les abonnés au JSL
France 3 Bourgogne-Franche-Comté
l'article entier est disponible ici

Des nouvelles vidéos sur les réseaux sociaux

Il y a un truc qu'on aime vraiment beaucoup, c'est vous montrer notre travail dans l'atelier avec de jolies photos et des vidéos sur les réseaux sociaux et sur ce blog comme le dernier article de la fabrication des 25 seaux pour le château de Versailles

Un autre exemple, la petite baignoire ronde pour la tiny house :

On a aussi commencé à filmer les recettes :

Nous avons récemment suivi une formation pour apprendre les bases en image, en montage vidéo et nous avons investi dans un éclairage pour que nos photos soient encore plus jolies. Il reste encore un peu de travail pour apprendre à bien l'utiliser mais le résultat se voit déjà !

De nouvelles vidéos arrivent bientôt, mais en attendant voici ce qui a été publié sur nos réseaux sociaux :

Participez à cette aventure en parlant de notre projet autour de vous ! On a un grand besoin de visibilité sur ce coup-là. Il y a un vinaigrier cerclages bois à gagner par tirage au sort parmi tous les contributeurs dès qu'on atteint le deuxième palier de la collecte !

À bientôt !

Cyrille et Aude