Livraison Colissimo à Domicile ou Point Retrait | Paiement Sécurisé | Livraison gratuite dès le 4ème produit acheté (Hors accessoires)*

[VIDÉO] Le cintrage à l'eau

Publié le : 29/01/2021 22:47:41
Catégories : Fabrication traditionnelle , Vidéos

cintrage à l'eau

Il existe plusieurs manières de cintrer un tonneau. L'une d'entre elles consiste à immerger le fût dans de l'eau très chaude (aux alentours de 90°C) afin que le bois accepte la contrainte sans casser.


Les constituants chimiques du bois

Dans le bois on trouve principalement de la cellulose, des hémicelluloses et de la lignine. Ces trois composants principaux vont jouer un rôle capital pendant l'étape du cintrage. En effet, la souplesse naturelle du bois n'étant pas suffisante pour parvenir à la courbure voulue, il va falloir modifier l'état de ces composants pour parvenir à nos fins. À température ambiante ils se trouvent dans un état appelé "état vitreux", dur et cassant. Les contraintes d'élongation que le bois peut supporter sans casser sont alors assez faibles (le taux d'élongation maximum supporté est de 5 à 10%). Pour pouvoir cintrer il est nécessaire d'augmenter cette capacité du bois à encaisser cette élongation. Cette augmentation est rendue possible grâce à un traitement thermique qui va provoquer, à une température donnée, un changement d'état de ces constituants.


La transition vitreuse

La montée en température de la lignine, de la cellulose et des hémicelluloses va provoquer un changement d'état de ces composants. Ce changement passe par une phase appelée "transition vitreuse" pour les amener à l'état "caoutchouteux", état dans lequel les taux d'élongation à la rupture sont beaucoup plus élevés (entre 500 et 1000%). Pour pouvoir procéder au cintrage, il faut donc au minimum avoir atteint la température de transition vitreuse de ces composants et dans l'idéal dépasser cette température de quelques 15°C.
En condition anhydre, cette température est assez élevée (au moins 200°C) et risque par ailleurs de provoquer une dégradation rapide des composants du bois. L'apport d'eau va considérablement aider au processus. En effet, l'eau va s'infiltrer dans le bois et augmenter la distance intermoléculaire, ce qui facilitera les mouvements moléculaires et fera donc baisser la température nécessaire à la transition vitreuse. En condition saturante, la température de transition de la lignine descend au alentours de 90°C, ce qui est nettement plus raisonable. Combinant la montée en température et la saturation en eau, le cintrage par immersion dans l'eau chaude est donc la technique la plus efficace et la plus sûre pour un cintrage sans risques.



- La vidéo -



-- Cyrille DUMOUTIER --



Articles en relation